Vous avez une entreprise à Nantes, pour le bon déroulement de votre activité, vous êtes en quête d’un ou de deux commissaires aux comptes. Tout commissaire aux comptes Nantes est apte à vous répondre à toutes vos questions tout en vous accompagnant pour certaines procédures que vous devez suivre comme les différents audits.

Les différents caractères typiques d’un commissaire aux comptes de Nantes.

Tout commissaire aux comptes de Nantes exerce soit en profession libérale, soit sous forme de société, soit en nom propre ou soit en cabinet comme Secogerec. Ce dernier peut intervenir pour un audit légal des comptes, un audit légal lié aux opérations juridiques, un audit contractuel comme l’audit d’acquisition et un commissariat à la transformation, à la fusion et aux apports. Un commissaire aux comptes est indépendant, extérieur à la société mais rémunérée par elle. Il est nommé par leurs actionnaires pour une durée de six exercices soit en qualité d’une obligation légale soit à base volontaire. Tout commissaire aux comptes de Nantes prête serment devant la cour d’appel, il est tenu au secret professionnel, à un contrôle qualité obligatoire sur les dossiers et à une formation continue obligatoire. Il a un principe strict et s’engage à la responsabilité civile, pénale et disciplinaire. Son principal rôle est de contrôler la régularité et l’honnêteté des comptes annuels des sociétés qu’il contrôle.

Le rôle d’un commissaire aux comptes de Nantes.

Tout commissaire aux comptes de Nantes est neutre et indépendant, il exerce une profession agréée. Il est chargé de contrôler et de certifier les comptes des sociétés en intervenant sur quelques détails comme le bilan, le compte de résultat, l’état financier, etc. Il vérifie l’exactitude des comptes en se référant aux normes en vigueur. Dans le cas d’anomalie ou d’irrégularité, il a l’obligation d’informer les dirigeants de la société, les actionnaires et même le Procureur de la République. A la fin de ses tâches, le commissaire aux comptes un rapport général où il présente ses conclusions à l’assemblée générale de la société. Dans ce rapport, trois cas peuvent se présenter. D’abord, la certification sans réserve où les comptes présentés sont conformes à l’image de la société et aux normes comptables. Ensuite, la certification avec réserve, où les remarques portent sur un point particulier des comptes sans pour autant suffisants pour rejeter la certification. Enfin, le refus de la certification où le commissaire aux comptes a constaté une non-conformité des comptes par rapport à la réalité ou une non-conformité aux normes comptables.