Le rituel d’abattage des animaux fait partie de la coutume islamique et juif depuis longtemps. L’animal est considéré comme une œuvre de Dieu ou d’Allah, qu’il est plus correct de leur donner un sacrifice honorable.

Qu’est-ce que le rituel général pour l’abattage ?

Le rituel est simple, la viande vient d’un élevage bio, et une certification à cet effet sera demandée aux éleveurs. L’abattage est certifié par un sacrificateur ou la personne destiné à faire le rituel de l’abattage. L’inspecteur qui délivrera le certificat halal assistera au rituel tout entier. Le rituel est très simple, même s’il s’agit d’un abattage en masse, le sacrificateur prononcera quelques prières pour demander de tuer l’animal au nom de Allah. Le couteau qu’il utilise a été déjà béni. Il procèdera ensuite au sacrifice, et c’est là qui peut poser une discorde d’idée. Pour le halal, le rituel islamique, l’animal sera abattu à sec et le sang se verse doucement. Pour le casher, celui des juifs, l’animal sera tranché au niveau de son œsophage et sera vidé de son sang jusqu’à sa mort. Une fois que le rituel est achevé, l’inspecteur revérifiera la qualité de la viande avant de délivrer le certificat. L’étiquette sur la charcuterie hallal a été posée en suivant ce rituel, donc c’est de la viande bien traitée et bénie.

Quel est le vrai souci de ce rituel d’abattage ?

Dans certains abattoirs industriels, parce qu’il ne faut pas nier que les produits halal sont bien vendus en ce moment et plusieurs entreprises se sont lancées, le respect de ce rituel a été pris à la légère. Du coup, les viandes sur le marché ne devront pas toute portée du halal. La revendication a été claire, les animaux sont tués sans aucun scrupule dans ces abattoirs et pourtant, la certification est toujours donnée comme une paperasse réglementaire. 

En réalité, ces abattoirs ont eu l’autorisation d’étourdir l’animal avant de passer à l’abattage. Il donne une décharge électrique qui va mettre les animaux en mode collapse afin qu’ils puissent faire l’abattage facilement.