Apprendre à déguster un grand vin est toute une expérience. Il faut un commencement et après, votre sens s’affinera facilement aux différents goûts du vin. Au fil du temps et grâce aux échanges avec les autres experts du vin, vous trouverez les vocabulaires qu’il faut pour décrire un vin d’un autre. En général, il y a l’examen visuel, le premier nez, le deuxième nez et l’examen gustatif.

Comment examiner un vin ?

D’abord, il faut remplir le verre jusqu’à sa partie la plus évasée et tenir celui-ci uniquement par son pied. Vous pouvez commencer par examiner l’acidité du vin. Il suffit alors d’observer l’aspect du liquide en bordure du verre. Plus celui-ci est brillant, plus le vin a une certaine acidité. Ainsi, il est plus fort et plus vivace en bouche. Cet aspect peut aller de cristallin à éteint en passant par le brillant, l’éclatant, le mat et le terne. Ensuite, il faut examiner la robe du vin pour devenir son âge. Pour les vins rouges, la couleur vire de violacée aux tons brique pour les plus récents aux plus vieux. Pour les vins blancs, la couleur passe du reflet vert au plus ambré. Puis, avec votre nez, vous pouvez deviner les parfums de votre vin : floral, fruité, végétal, épicé ou encore boisé. Sachez que chaque arôme possède de nombreuses sous-catégories.

Les paramètres qui déterminent la qualité du vin

Pour mesurer la qualité d’un vin, il faut faire un examen gustatif. En fait, si vous voulez gouter à un vin de qualité, vous pouvez essayer immédiatement le chateaut léoville-barton. Ce domaine viticole est situé à Saint-Julien-Beychevelle en Gironde. D’ailleurs, il porte l’AOC Saint-Julien. Un vin de qualité se reconnait par l’équilibre de son goût : le sucre, les fruits, l’acidité et les tanins. Ensuite, il y a la complexité puisqu’un grand vin comporte toujours plusieurs arômes à la fois. Il y a enfin sa longueur, c’est-à-dire la durée pendant laquelle on ressent toujours ses arômes dans la bouche après la dégustation. Ceci devrait durer jusqu’à 8 à 10 caudalies ou secondes.